Joe Morris Instantiation

Interprètes

Joe Morris - guitar, composition

Craig Pederson - trumpet

Samuel Blaser - trombone

Tania Gill - piano

L’improvisation en direct est une alchimie dans le meilleur des cas, mais comment quatre musiciens qui n’ont jamais joué ensemble peuvent-ils faire de la musique dans quatre villes différentes? Le guitariste et pédagogue Joe Morris a créé une partition graphique basée sur le temps pour lui-même et trois autres improvisateurs exceptionnels, soit le tromboniste Samuel Blaser (Suisse), le trompettiste Craig Pedersen (Montréal) et la pianiste Tania Gill (Toronto). Pour rendre les choses encore plus intéressantes, les musiciens ne pourront pas s’entendre les uns les autres, mais le public pourra entendre la pièce s’assembler... comme par magie.

Regarder la vidéo

À propos des artistes

Craig Pedersen :

Le trompettiste Craig Pedersen est un musicien expérimenté qui vit à Montréal. Il joue dans les duos collaboratifs Sound of the Mountain (avec Elizabeth Millar) et Provisional Mailorder (avec Anne-F. Jacques). Pedersen est également membre de l’Ensemble Supermusique et du Ratchet Orchestra. Depuis 2011, Craig lance au moins treize albums, allant de la composition à l’improvisation. Artiste actif et avide de tournées, il joue à travers le Canada, au Japon, à Taïwan, en Malaisie, au Vietnam, à Singapour, en Australie et au Mexique.

Tania Gill :

La pianiste de jazz, improvisatrice libre et compositrice Tania Gill, basée à Toronto, joue de la musique originale, expérimentale et traditionnelle qui marie de nombreux genres. Elle dirige et compose pour le Tania Gill Quartet avec Lina Allemano (trompette), Nico Dann (batterie) et Rob Clutton (contrebasse), qui mixent actuellement un nouveau disque. Son album Bolger Station est déclaré le meilleur premier album dans le cadre du sondage des critiques de jazz de Village Voice. Tania travaille également sur des projets qui incluent des éléments de danse et de théâtre.

Sam Blaser :

À une époque où un plus grand nombre de musiciens que jamais tentent de se faire entendre, des perles rares comme Samuel Blaser semblent s’élever au-dessus de tout cela. Depuis ses débuts comme leader en 2007, Blaser connaît une croissance presque incompréhensible. D’abord simple musicien de hard bop au milieu de la vingtaine, Sam devient, au début de la trentaine, un musicien libre novateur, un compositeur en constante recherche et un leader dont la force d’improvisation est saluée par les médias du monde entier. Il commence à prendre des leçons de trombone à 9 ans et ses premiers intérêts allaient de la musique folklorique suisse au R&B américain et au jazz. Il entre au conservatoire local à 14 ans et, en 2002, il reçoit des prix dans les domaines du jazz et de la musique classique, dont le prix Benny Golson en 2000.